Chargement... Merci de patienter quelques secondes...

JUDO CLUB SAUZET

 Judo - Judo détente/JuJitsu - Taïso

Logo JC Sauzet Logo comité drôme ardèche Logo drôme sans texte   

Calendrier - Résultats - Facebook

   

Règles du judo


Les règles d'arbitrage judo sont maintenant celles de l'arbitrage international depuis le 1er janvier 2014 : règles d'arbitrage 2014-2016


Selon Kano Jigoro, qui désirait faire du jujitsu un "sport martial" pour l'entraînement de la jeunesse, "le but du judo est de comprendre et de démontrer rapidement les lois vivantes du mouvement". A cet effet, il codifia un certain nombre de mouvements du corps, des bras et des jambes utilisés dans le jujitsu et qui s'étaient révélés très efficaces dans les combats au corps à corps, debout ou au sol. Ces mouvement vise à déséquilibrer (kuzushi) l'adversaire, à l'immobiliser, voire à le neutraliser. C'est un art de self-défense qui peut donc s'apprendre au cours d'études de mouvements de base exécutés avec un partenaire, et d'exercices de combat libres appelés randori, au cours desquels l'adversaire ou "celui qui subit", appelé uke, est projeté au sol et immobilisé par "celui qui projette", appelé tori.
Les exercices et les compétitions se déroulent sur un tatami afin d'amortir les chutes (ukemi). Les pratiquants du judo, les judokas, cherchent à acquérir la souplesse du corps et des membres et la rapidité des déplacements. Ils doivent pouvoir être en "état d'alerte permanent" sans qu'il se produise, au cours d'une rencontre, de "temps mort". Ayant l'esprit discipliné, apaisé et serein, possédant la maîtrise de leur corps et de leurs réactions, ils pourront alors venir facilement à bout d'un adversaire les attaquant.
 

Le rituel

 
Lorsque l'arbitre a donné le signal de fin et désigné le vainqueur (en avançant d'un pas, désignant le vainqueur et en levant la main en présentant ce même judoka), les deux combattants sortent en effectuant l'inverse de l'entrée : ils se saluent, peuvent saluer l'arbitre, peuvent se serrer la main, puis reculent hors de la zone de combat et y saluent le tapis à leur sortie.

Avant d'entrer sur le tatami d'une salle de judo, il faut le saluer. De même lorsqu'on le quitte. Dans un cours de judo, le judoka est dans le devoir de saluer son professeur, d'abord agenouillé puis debout, avant que le cours ne commence et lorsqu'il se termine.

Juste avant le combat proprement dit, les deux combattants effectuent l'entrée sur le tatami et se saluent  (c'est le rei). Ils saluent une première fois vers le tapis en montant dessus, puis ils rentrent en passant derrière les juges de coin, pour aller se positionner au centre du tapis, face à face derrière la zone de danger (la bande rouge). De là, ils attendent le signal de l'arbitre, qui fera signe en rapprochant ses bras tendus en face de lui. Ils saluent alors une première fois la surface de combat, puis lorsqu'ils sont à distance de combat, soit environ trois mètres, ils se saluent mutuellement, font un pas en avant, pied gauche d'abord, et attendent le signal de départ hajime.

A partir du niveau national, pour différencier les compétiteurs, l’un porte un judogi (kimono) bleu, l’autre un blanc. En dessous de ce niveau, les deux ont un judogi blanc mais l’un porte une ceinture rouge au dessus de sa ceinture de grade.
Le temps de combat est différent suivant les catégories d’âge. Pour les séniors, de 20 ans à 40 ans, les combats peuvent durer jusqu’à 5 minutes. S’il y a égalité, ils recommencent le combat une fois, pour 4 minutes. S’il y a de nouveau égalité, les arbitres prennent la décision sur la durée totale du combat en valorisant dans l’ordre :
- un kinza, c’est une action ne rapportant pas de point (faire tomber sur les fesses par ex)
- une action forte (un fort déséquilibre ne menant pas à la chute)
- l’attitude offensive et la volonté de faire tomber

Les gestes

L'arbitre central
 
=> les valeurs :
 
Yuko Wazari Ippon annulation d'un koka (dans cet exemple)

=> les pénalités :
 
non combativité fausse attaque désignation du fautif

=> la décision, le médecin et les autres gestes :
 
rajustement du judogi osaekomi ou début d'immobilisation toketa ou fin d'immobilisation sonomama (suspension du combat) ou yoshi (reprise du combat technique non valable (après un matte par exemple) Matte ou arrêt du combat
 
appel du médecin enregistrement de l'intervention d'un médecin hiki wake ou match nul hantai (décision par drapeaux, les arbitres les levent en même temps) hachi (l'arbitre indique le vainqueur par drapeaux)

les juges de coins
 
Que les combattants reprennent debout Annuler la décision de l'arbitre Action valable Action non valable
 
le juge de coin se prépare à donner une décision Le juge lève le drapeau correspondant à la couleur de la ceinture ou du judogi le juge donne son opinion sur la valeur à accorder
 

Qu’est-ce qu’un Ippon ?

- C’est une projection du partenaire vers le sol, répondant aux critères suivant : force, vitesse, contrôle et réception largement sur le dos.

S’il manque un critère, on donnera Waza-Ari, s’il en manque 2, on donnera Yuko.

- l’autre manière de marquer Ippon se fait au sol, soit par une immobilisation (25 secondes), soit par un étranglement (à partir de 15 ans), soit par une clef de coude (à partir de 15 ans).


 



 
 
  Créez un site ou une boutique en ligne facilement et gratuitement